Forum USTHB

AccueilFAQMembresS'enregistrerConnexion
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



Partagez | 
 

 Nost'Alger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
3azaba-du-16
Modérateur
Modérateur


Masculin
Nombre de messages : 449
Age : 29
Localisation : Alger la blanche 16i
Domaine d'étude : Machine électrique
Date d'inscription : 22/12/2008

MessageSujet: Nost'Alger   Ven 23 Oct 2009, 16:45


Que sont-ils devenus tous mes vieux souvenirs
De cette ville blanche où dorment nos martyrs ?
Où sont-ils donc passés tous mes amis d'antan
Qui hantent tous mes rêves depuis plus de trente ans ?
J'ai voulu oublier, avoir une nouvelle vie
Mais malgré tout ce temps, le passé resurgit !
Je sens les capucines qui recouvraient la terre,
Les arômes du jardin que cultivait ma mère,
Tous ces doigts de sorcière que nous cassions en deux
Pour écrire sur la pierre la règle de nos jeux
Quand nous nous déguisions en tenue léopard
Pour faire comme les paras qui gardaient nos remparts.
Les maisons étaient blanches avec des toits terrasses
Où les filles rêvaient d'embrasser les bidasses,
Leurs murs étaient couverts par des bougainvilliers,
Elles regardaient la mer du haut de leurs piliers
Et gardaient leur fraîcheur à l'abri des volets.
C'est là que je suis né, sur les hauteurs d'Alger.
Sous les pins parasols, dans le bois de Boulogne,
Tapis dans les bosquets, nous faisions les guignols,
Sur la place d'Hydra, face au commissariat,
En patins à roulettes, jouions les fiers à bras,
Et au fond du ravin de la femme sauvage
Explorions les galeries, sans armes ni bagages.
C'était avant les bombes et les assassinats,
Mahmoud, Farid, Youssef et aussi Mustapha
Etaient les compagnons de toutes nos cabrioles
Et montaient avec nous sur les mêmes carrioles,
Faites de vieilles planches et de roulements à billes,
Pour descendre les rues et épater les filles.
Sous les eucalyptus, nous tirions au taouel
Des oiseaux qui n'avaient rien mérité de tel.
Le dimanche, nous allions à la plage du Chenoua
Où sur le sable fin dont rêvent toujours les rois
Nous faisions des châteaux entourés de fossés
Que l'eau venait baigner, tendrement enlacer.
A l'ombre d'une toile tendue sur des piquets,
La famille assemblée aimait pique-niquer
Et avec les voisins partager l'anisette,
De tous les plats pieds-noirs échanger les recettes.
Nous dégustions des prunes, abricots et raisins
Dont depuis je recherche partout le goût en vain.
Les voici qui remontent tous les vieux souvenirs
De cette ville blanche, qui vit tant de sourires,
Et où tous mes amis n'étaient que des enfants
Qui hantent tous mes rêves depuis plus de trente ans.
Impossible d'oublier, d'effacer toutes ces vies
Car quel que soit le temps, le bonheur resurgit.
C'est au Clos Salembier que j'appris à nager
Piscine de la Croix Rouge, sur les hauteurs d'Alger.
Dans le petit bassin plongeait un toboggan
Qui faisait le bonheur des petits et des grands,
Autour du grand bassin, s'élevaient des gradins,
Avec la majesté d'un théâtre romain,
Surmontés d'une pelouse où nous nous étalions
Pour compter les capsules que nous collectionnions.
Je me souviens aussi du club de Badjarah,
Des longues parties de boules chez les cousins de Rouiba,
De la grande paella des plages d'Aïn-taya
Des premiers pas en ski sur les pentes de Chréa
Du goût rare des brochettes mangées à Fort de l'eau

Et du jardin d'Essai où j'allais au zoo.
C'était avant les bombes et tous les attentats
Quand nous pouvions encore, merci à Zoubida
Manger le bon couscous et les tendres gâteaux
Qu'elle avait préparés penchée sur nos fourneaux.
On trouvait nos bonbons échoppe du Mozabit
Où les tiges de réglisse étaient bien trop petites,
Mais dans les coquillages emplis de caramel
Nous pouvions découvrir le goût de l'éternel.
A l'heure du casse-croûte, on mangeait des cocas
Et après le lycée, j'achetais des zélabias
Dont je me régalais en attendant le bus
Pourléchant tous mes doigts pour en déguster plus.
Impossible de lutter contre ces souvenirs,
Ils sont beaucoup trop beaux pour se laisser mourir,
Et même s'il me faut passer encore trente ans
Loin de cette ville blanche où je fus un enfant,
Avant de disparaître ou d'être trop âgé,
J'aimerais y retourner, sur les hauteurs d'Alger.



Jacques Verpeaux

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
l'amour pour L'ALGERIE est sentimental, il se ressent, il se sent,et il ne se dégueule pas.
PAR AMOUR POUR VOTRE ALGERIE.......
RESPECTEZ SES COULEURS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nost'Alger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1954: En été - Témoignage en visuel et en rêve - Port d'Alger - (Algérie)
» Mgr Pavy, Evêque d'Alger
» Lucy débarque à Alger !
» transfert vers la fac d'Alger
» [cours Alger]les 3 parties des Steroides 2010 Dr Raaf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum USTHB :: Le village :: Le coin des Poetes-
Sauter vers: