Forum USTHB

AccueilFAQMembresS'enregistrerConnexion
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



Partagez | 
 

 CULTURE ET IDENTITÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: CULTURE ET IDENTITÉ   Sam 10 Jan 2009, 03:04



A KRA

A kra ireqqen deg zilan
D agrireb yef weyrum amcum
Win ruhen a-t nyen wurfan
Ires mi d iddem ad iccum
Ghas asirem-is d azayan
D’ayen it ittnamaren i d ameybun



A kra yettu eyaren Zzin-d amrar i wedrar
M’ur s zmiren ar’at bibben
Ggullen ar terren d azayar
Irgazen d Imaziyen
I lbatel ur tddarin amnar

D kwenwi d ay d imlan
D acu I d agerruj n talsa
Ssi tetnekkar m’ara teyli
Leqdar, tiddukla
isey, tezdeg, tayri
d usirem
idyayen, igenwan d wadu

A kra iqeddcen tamara
Deg juffar achal d agrud
Tcedham t isem n tnafa
Sawaz ger wallen itmurud
Ul yekwa tazmert tekfa
Urfan I d smaremt ur d itqud

A kra ikerrsen tawenza
Ff driz I tent iyunzan
A Kahinat bbw-ass-a
Assut wulawen yezzan
Ur tesussument ara
Ur tesrusumt deg-wallen

D kwenemt i-y d imlan
Akwerfa n tirect-nney
Ideg nenkez a-t-id neqqar
Nenkez di leqdar n tlelli n tmettut
W’izemren ad ikkes i wiyad
Ayen itnad’I yiman is


A kra umi teqqur tasa
Mi d-tekfel tidet a t imdel
A kra isean ul yelsa
D aherki yer lbatel
Iy temlam t timerzuga
D iberdan i yef ara nreggwel
LES JUSTES ET LES FOSSOYEURS

Vous qui brûlez sous un soleil ardent
Vous peinez pour un quignon de pain
Quand l’un de vous commence à se fâcher
Il apaise sa colère par une prise de tabac
Même si votre espoir est lourd
Pauvre est celui qui contrarie

Laissés pour compte
Vous cernez une montagne avec une corde
Faute de pouvoir la soulever
Vous voulez la transformer en plaine
Berbères hommes libres
Vous refusez de vous abriter sous le toit de l’injustice

C’est vous qui montrez
Le trésor de l’Humanité
Qui fait renaître la vie après la chute
Et aussi, le respect, l’union, l’honnêteté, l’amour
L’espoir qui fond pierre, ciel et vent

Vous qui oeuvrez avec peine
Les girons chargés de marmaille
Qui languissez le mot sommeil
Les yeux cernés de fatigue
Coeurs brûlés, force éteinte
Vos peines sont inquantifiables

Vous qui froncez les sourcils
A l’égard des fêtes qui les ignorent
Les Kahina d’aujourd’hui
Aux cœurs brûlés
Ne jamais vous taire !
Ne jamais baisser les yeux !

C’est vous qui nous montrez
L’ivraie de notre grain
Que nous refusons à voir
Comme nous refusons de reconnaître
la liberté de la femme
Comment peut-on refuser à l’autre
Ce que l’on cherche pour soi-même

Ames sans foi,
Fossoyeurs de toute vérité qui surgit
Vous tous qui avez le cœur vêtu
Traître envers la justice
Amers sont les chemins
que vous nous montrez
Ces chemins que nous fuyons.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CULTURE ET IDENTITÉ   Sam 10 Jan 2009, 03:05


IDLES NWEN


Msuggen tafsut
Yussan ay-d amwan
Nessawal tafukt
Ugaden yetran
Agmar ur immut
Amnay ur d iban

A tit n tazult
A zzin n tisdnan
Rzan am tankult
Ccan cem yidan

I-genyan tatut
Tatut i yinyan
Ma teysem cfut
Idles-nnwen kan

Suggmet neyddut
D imal win illan
Ad yawi tafsut
Ad ikkes amwan

Amnay n tefsut
Ajecca ad iban
Idles-nnwen arut
Idles-nnwen arut kan

Wi dinnan nemmut
T tikkerkas i nnan
Wi d innan ddut
Yidsen kan d iqjan

A ibab n murt
I smezyin itran
Aneft takerkust
Azaglu d attan
Aneft tamacahut
N rebbi d ccitan

CULTURE ET IDENTITÉ


Nous attendions le printemps
Mais voilà que surgit l’automne
Nous appelions le soleil
Les étoiles eurent peur
Le cheval n’est pas mort
Mais le cavalier est absent

Œil souligné au khol
La plus belle des femmes
Ils ont brisé sa fiole
Tu es dévorée par les nuits

Ce qui tue l’oubli
C’est plutôt l’oubli qui nous tue
Souvenez vous
Toujours de votre culture

Restez ou venez
Ce qui existe revient
Ramène le printemps
Chasse l’automne

Et demain, le cavalier-printemps
Sera de retour
Ecrivez votre culture
Ecrivez toujours votre culture

Ceux qui prononcent notre mort
Sont des diseurs de mensonges
Ceux qui nous disent de les suivre
Sont des chiens

Hommes de ce pays
Qui font battre les étoiles
Laissez les mensonges
La soumission au joug est une maladie
Et laissez tomber toutes ces histoires
De dieu et de satan



TARWA

Ah ! nniy am a tarwa
A tizet tamerzagut
A tafat iy-isderyilen ul
A taekwent neqqar drus

Nessekwraf ff igenni nwen
Asirem yugwaren teywzi n tudert
Hraw am igran n tedsa
Lqay armi yeffel akin I tegnawt

Ay azayed bbw urfan
G-isfden imettawen
Swayes id neldi allen
Ay adu d-yewten s isuyan
Yezzazlen ff tmurt nney tasusmi
A tirect gg irden bb-walud
Isserwaten inurar n tugwdi

A wid i-y-irwin tamusni
Armi tezleg am izarigen n tafat
Nefka yawen sser yellan
Akw t-tezmert ur nfennu
T meddurt ar ayiziden am tayri

Ah ! niy am a tarwa
A tarwiht t iy-id yuylen
Lqedd I nezdi s zzux
A wid iy-id yerran isey
S umennuy nwen nzett asirem
yugwaren kra yellan d asirem
Hraw am yegwdalen n tirga
Lqay anect n tikta imedyazen

Ma ccuren lehbus yiswen
Macci d ayen ff itetna?em igetwarzen
Irumyen nennuy idelli
Glan ula s tmeqbar akken ay fakken
Amennuy a yures izuran

D-imyin uqbel Agellid Massensen
Ma zik netnay aberrani
Ass a aqlay akwit d Izzayriyen
Inhekam nney dreylen
Semeuzgen yef ayen nessutur
Tagara d nitni kan ara tent yayen

Ah ! Nenna yawen a kunwi
Wid ssi d-neggar tafara
A tiliwa seg id teffi
Times iy-isseryen tisiswa

S umennuy nwen nzett
Amennuy anect bwin n ddunit
Hraw am leqrun n lehbus
Lqay anect usgunfu I ten ittafaren

Ah ! Nniy am a tarwa
A tizet tamerzagut
A tafat iy isderyilen ul
A taekwemt nebya atifsus
Nessaram amennuy nney
D ayen ar awen id-yawin hala lehna
Di tehr’ ur tesei tilas
Lqayet anect n yill n war lqae

LES ENFANTS DE L’ESPOIR

Enfants, je vous dis
Aigres-doux
Lumière qui aveugle le cœur
Fardeau que nous supportons

Nous tressons sur votre ciel
Un espoir aussi long qu’une longue vie
Aussi immense qu’un champ de rires
Profond et plus vaste que l’immensité du ciel

Tempête qui s’est levée avec colère
Qui essuya nos larmes
Qui nous a ouvert les yeux

Vent qui crie, qui chassa la peur
De notre pays
Graines de blé poussées du terreau
Qui écrasèrent les aires de la peur

Vous qui transformez le savoir
En nous le faisant parvenir tels des
faisceaux de lumière
Nous vous accordons moult grâces
Et une infinie longue vie
Douce comme l’amour

Enfants, je vous dis
La vie revient avec vous
Pilier de notre orgueil

Vous qui nous rendez notre fierté
C’est avec votre lutte que nous
tissons l’espoir,
le plus grand espoir
de tous les espoirs
Un immense champ de rêves
Aussi immense que l’imaginaire des poètes

Même si aujourd’hui
vous remplissez les prisons
Votre lutte demeure libre

Le colonialisme français que nous avions
combattu hier
S’en est pris même aux cimetières pour
nous exterminer

Ce combat a ses racines
Ces germes précèdent le temps
du Roi Massinissa

Avant, nous luttions contre l’étranger
Aujourd’hui, nous sommes entre Algériens
Mais nos dirigeants sont aveugles
Sourds à nos revendications
Malheureuse sera la fin de leur vie
Nous vous disons , avec vous la lumière sera
Fontaines où l’eau se puise
Feu qui brûle notre amour

C’est avec votre lutte que nous tissons
Une lutte aussi vaste que l’Humanité
Lente comme des années de prison
Profonde comme le répit qui leur succède

Oh ! Enfants, je vous dis
Aigres-doux
Lumière qui aveugle le cœur
Fardeau que nous voulons assoupli

Souhaitons que le combat de notre lutte
donne naissance à la paix
Une Paix profonde
Plus profonde que l’immensité de l’océan
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CULTURE ET IDENTITÉ   Sam 10 Jan 2009, 03:08


IMESDURAR


Idurar t-tidet cebhen
S uqerruy iw ar cebhen
Ar cebhen amzun d laz

D laz akw i ten icebhen
Yegguggug yef yedyayen
Idyayen i yef nejtutel

Deg wayen i cnan wid i iy izwaren
Ar assa tidet teffer
Cbaha bb win t yedyayen
Laz yeqqim i emesdurar
Imesdurar n twayit
Tawayit tezzi yasen
Ala nettat i ten ihemmlen

Themmel iten i tmettant
Tmettaten yef wayen ur tetten
Akw d wid ara ten iccen

Sawalen asen d ad nyen
Tinekkriwen g yemyiden
Iyallen m’ara buren
Awi d w’ara ten yayen

Ansi i d yekka waya ?
Ayagi yekka d
Si tesyiret tasihrant tameqwrahant
I d ikkren deg wzayar
Yerzan taxeddimt bb wedrar
Anwa i d amesdrar assa
tesserwa tmurt is ?
Assagi:
Tayat is t-tcabcaqt n uyefki
Asyar is t taqereet n lgaz
Tibhirt is d ssuq
Awi d kan tadrimt
Anidat ?

Tadrimt trebba aqacuc
Di temdinin f izuyar
Izuyar sufella idurar

Sayasen t id iyallen
Tetten t ala at ieebbad
Widak nni yitetten

Ttfen tamurt di Marikan
Di Rrus d wanda ssawden
Tekkan yef wid mi ttaken iysan
Idan wid iy ihekmen

Ay iyallen akken nella
Nella d wid iburen
Ney d wid n lluzinat

Amenny iy icebbwlen
Macci garanay ara d yas
Wiy ismerkayen anida-t ?

Kkret a nedduklet fellas
A nefrut bb waggaraney
Ddunit a tbedddel llsas
Ad yali yitij nney

LES MONTAGNARDS


Les montagnes sont certes belles
Sur ma tête qu’elles sont belles
Aussi belle que la faim

C’est même la faim qui les embellit
Elle fleurit sur les pierres
Pierres sur lesquelles nous restons
agrippés

De tout ce qu’ont chanté nos
prédécesseurs
Une vérité reste encore à dire :
La beauté est le lot des pierres
La faim celui des montagnards

Les montagnards de malheur
Le malheur les entoure
Et n’ont que lui pour les aimer

Il les aime pour la mort
Mourir pour des causes d’autrui
Celles des exploiteurs

Ils leur font appel
sour briser les soulèvements
Les bras inoccupés
ne demandent qu’acquéreur

Où sont les autres ?
Ce phénomène vient
De la grande production capitaliste
Développée dans la plaine
Et qui écrase la production parcellaire
rurale

Quel est aujourd’hui le paysan
qui se suffit à lui-même ?
Le dernier d’entre-eux a aujourd’hui
Pour bois, une bouteille de gaz
Pour chèvre, une boîte de lait
Pour potager, le souk
Pourvu qu’il en ait l’argent
L’argent

L’argent s’entasse là-bas
Dans les villes bâties sur les plaines
Plaines au-dessus des montagnes
Il est produit par les bras
Confisqué par les ventrus
Ceux-là mêmes qui nous enchaînent

Ils détiennent le pouvoir au USA
En URSS et partout dans le monde
S’appuyant sur ceux auxquels ils jettent
les os
Ces chiens qui nous gouvernent

Bras autant que nous sommes
Que nous soyons chômeurs
Ou ouvriers d’usine
Nos luttes intestines
Doivent disparaître

Voyons plutôt leur instigateur
Unissons-nous contre lui
Et la paix sera
Le monde changera de base
Notre soleil resplendira

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CULTURE ET IDENTITÉ   Sam 10 Jan 2009, 03:10

TAMAZIGHT


D udem is kan walit et
Ulamma t-tameddit
Tinim d ala tidet
M’ur telli t-tilemzit
M’ur tecbi tawizet
M’ur traq am tergit

Tennam wesser wudem is
Tzewgem d anda nniden


Tuyem ti dawin isTesmigliz s wallen
Tebbehbeh tayect is
Deg metti fellawen

Ar ida t-tanubit
T-tilemzit n telmeziyin
Kra I tecca di teyrit
Deg fassen nyant tismin
Ar assa tif tislit
Ur teclie di tlawin
NOTRE LANGUE


Si ce n’était que son visage, regardez-le
Malgré le crépuscule
Mais soyez honnête
N’est-elle pas en pleine jeunesse ?
N’est-elle pas la beauté d’une perle ?
Ne brûle-t-elle pas comme une braise ?

Vous parlez de son visage flétri
Vous épousez ses concurrentes
Sa voix se brise
Des larmes qu’elle a versées
Pour vous

En vérité, elle est encore adolescente
La plus jeune de toutes
En dépit de ce qu’elle a enduré
Des mains cruelles et jalouses
Elle demeure plus belle qu’une mariée
FIRÈRE


YIR TARGIT
Myin iyi d wafriwen
Yiwen was ruhey ufgey
Ddiy akw d igerfiwen
Nwiy kra a t id rebhey
Qqwley d agellid nsen
Qqaren iyi d ansi ara kkey
Ur zriy zzuyer ten
Ney zzuyren iyi qebley
Ger welma anda tmettaten
Yemdukal akken a ten accey

Akkenni ttuyuy
A nekki d agerfiw

Mlaley d yiwen usehhar
Yeg akka qqwley d atarus
Yenna s tit d yinzer zwer
Adar yef tmurt ur yetrus
Af ed kra yellan yeffer
Di isekkurt arma d sibus
Mi dehmey kra ar d ikker
As t id jemeay d amurdus
Adar iw yezga yesger
Imi-w deg dammen ityurrus

Akkenni ttuyuy
A nekki d atarus

Ammi d imi d ndekwaley
I d ukiy twayit iw
Kra i ttarguy akken deg mi-w
Ziyen deg fassen iw i dermey
Cciy akw idudan iw
Yegwra yi d tura ad cuddey
M’ad hlun ideddicen iw
Deg wassa ad ggalley urteqqwley
D atarus ney d agerfiw

Assagi ad suyey:
A nekkini d ales !
A nekkini d amyid !
LE CAUCHEMAR


Il me poussa des ailes
Je m’envolai un jour
En compagnie de corbeaux
Croyant y gagner quelque chose
Je devins leur roi
Ils m’indiquaient le chemin
Je ne savais qui entraînait l’autre
D’eux ou de moi
Vers les charniers où gisaient
Mes camarades
Pour nous en régaler

Fier, je criais :
Je suis un corbeau !

Je rencontrai un sorcier
Qui me transforma en chien de chasse
Il me dota d’un flair aigu
Et d’une souplesse rare
Pour lever tout gibier où qu’il soit
Je ramenais cadavre sur cadavre
Pieds douleureux , gueule ensanglantée

Fier, je criais :
Je suis un corbeau !

Au réveil
Je m’aperçus de mes malheurs
Tout le temps que je me régalais
Dans le sang
Je dévorais en fait mes doigts
Il me reste à panser mes blessures
Et à jurer de ne plus devenir
Ni corbeau, ni chien de chasse

Aujourd’hui, je peux crier :
Je suis un homme !
Je suis un prolétaire !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CULTURE ET IDENTITÉ   Sam 10 Jan 2009, 03:11

AYEN RIY

Ayen riy macci d awal
Mi t tennid iddem it wadu
Ayen riy macci d uf fal
Ansi s d tekka ad as iknu

Ayen riy akken it urgay
Ur ttarzen ifassen
Am yitij m’ara d issay
Ur t sakkaden t wallen

Ayen riy iyer cubay
Iyer i t cubay ur yelli
Izzi yay d igguni yay
Akkenni hed ur t izri

Ayen riy yiwen ay d udem is
T-tidet zeddigen am lekwfen
Maâna tidet iyba yisem is
Ttagwaden t yemdanen

CE QUE JE VEUX

Ce que je veux, ce ne sont pas des mots
Sitôt dits, sitôt envolés
Ce que je veux, ce n’est pas la férule
Qui plie au gré du vent

Ce que je veux, tel que j’en ai rêvé
Les mains ne peuvent le saisir
Tel le soleil au zénith
Les yeux ne peuvent le fixer

Ce que je veux me paraît
D’une valeur inestimable
Il nous entoure, il nous attend
Et personne ne l’atteint

Ce que je veux n’a qu’un visage
Celui de la vérité, blanc comme un linceul
Mais la vérité est fuie
Redoutée par les gens





ADU

Ataya ataya wadu
Ataya iyil iyil
Steqsay t anda iteddu
Yenna d nek yides a nemlil
Wi d kec wi d kec ay adu
Ulamma iles ik wezzil
I wehha ar tama bb wezru
Yenna nek d w’illan ahlil

Ataya ataya wadu
Ataya iyil iyil
Ataya ataya wadu
Selt as ala yetsudu

Ataya ataya wadu
Ataya asif asif
Steqsay t anda iteddu
Yenna d abrid iw ywezif
Ghiwel yiwel ay adu
Ghiwel semywer deg wsurif
Win i yer i tteddud la yetru
Yezzuyer it wassif utlif

Ataya ataya wadu
Ataya asif asif
Ataya ataya wadu
Selt as ala yetsudu

Ataya ataya wadu
Ataya yuli d iyzran
Nezra akw anda iteddu
Abrid is yur wid yerran
Win yufa degsen yetru
A s d issekfel izuran
Ma d wiyid a sen isbuhru
A sen yefk azul ameqwran

Ataya ataya wadu
Ataya yuli d iyezran
Ataya ataya wadu
Selt as ala yetsudu

LE VENT

Voilà, voilà venir un vent
Le voilà d’horizon en horizon
Je lui demande où il va
« les rencontrer », répond-il
-Rencontrer qui, ô vent
même si ta langue n’est pas déliée ?
Montrant la montagne, il me dit
« Ceux qui souffrent la misère »

Voilà, voilà venir un vent
Le voilà d’horizon en horizon
Voilà, voilà venir le vent
Ecoutez-le souffler

Voilà, voilà venir un vent
De rivière en rivière
Je lui demande où il va
« la route est longue », répond-il
-Plus vite, plus vite, ô vent !
Plus vite, allonge le pas
Ceux vers qui tu vas
Sont emportés par les crues

Voilà, voilà venir un vent
De rivière en rivière
Voilà, voilà venir un vent
Ecoutez-le souffler

Voici, voici venir un vent
Remontant les torrents
Nous savons tous où il va
Sa route mène chez les instruits
Aux oublieux
Il montrera les racines
Aux autres
Il adressera un grand salut

Voici, voici venir un vent
Remontant les torrents
Voilà, voilà venir un vent
Ecoutez-le souffler

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: KATEB YACINE   Sam 10 Jan 2009, 03:21

KATEB YACINE



BONJOUR
Bonjour ma vie
Et vous mes désespoirs.
Me revoici aux fossés
Où naquit ma misère !
Toi mon vieux guignon,
Je te rapporte un peu de cœur

Bonjour, bonjour à tous
Bonjour mes vieux copains ;
Je vous reviens avec ma gueule
De paladin solitaire,
Et je sais que ce soir
Monteront des chants infernaux…
Voici le coin de boue
Où dormait mon front fier,
Aux hurlements des vents,
Par les cris de Décembre ;
Voici ma vie à moi,
Rassemblée en poussière…

Bonjour, toutes mes choses,
J'ai suivi l'oiseau des tropiques
Aux randonnées sublimes
Et me voici sanglant
Avec des meurtrissures
Dans mon cœur en rictus !…

Bonjour mes horizons lourds,
Mes vieilles vaches de chimères :
Ainsi fleurit l'espoir
Et mon jardin pourri !
- Ridicule tortue,
J'ai ouvert le bec
Pour tomber sur des ronces

Bonjour mes poèmes sans raison…


KATEB Yacine -Extrait de Eclats et poèmes




























Toi, ma belle, en qui dort un parfum sacrilège
Tu vas me dire enfin le secret de tes rires.
Je sais ce que la nuit t'a prêté de noirceur,
Mais je ne t'ai pas vu le regard des étoiles.
Ouvre ta bouche où chante un monstre nouveau-né
Et parle-moi du jour où mon cœur s'est tué !…

Tu vas me ricaner
Ta soif de me connaître
Avant de tordre un pleur
En l'obscur de tes cils !
Et puis tu vas marcher
Vers la forêt des mythes

Parmi les fleurs expire une odeur de verveine :
Je devine un relent de plantes en malaises.
Et puis quoi que me dise ma Muse en tournée,
Je n'attendrai jamais l'avis des moissonneurs.

Lorsque ton pied muet, à force de réserve,
Se posera sur l'onde où boit le méhari,
Tu te relèveras de tes rêves sans suite
Moi, j'aurai le temps de boire à ta santé.



KATEB Yacine - Extrait de L'Oeuvre en fraguements, inédits rassemblés par Jacqueline Arnaud.




C’est vivre
Fanon, Amrouche et Feraoun
Trois voix brisées qui nous surprennent
Plus proches que jamais
Fanon, Amrouche, Feraoun
Trois source vives qui n’ont pas vu
La lumière du jour
Et qui faisaient entendre
Le murmure angoissé
Des luttes souterraines
Fanon, Amrouche, Feraoun
Eux qui avaient appris
A lire dans les ténèbres
Et qui les yeux fermés
N’ont pas cessé d’écrire
Portant à bout de bras
Leurs oeuvres et leurs racines
Mourir ainsi c’est vivre
Guerre et cancer du sang
Lente ou violente chacun sa mort
Et c’est toujours la même
Pour ceux qui ont appris
A lire dans les ténèbres,
Et qui les yeux fermés
N’ont pas cessé d’écrire
Mourir ainsi c’est vivre.



Kateb Yacine (Paru dans Jeune Afrique, Paris, n°107, 5-11 novembre 1962).





POUSSIÈRES DE JUILLET
Le sang
Reprend racine
Oui
Nous avions tout oublié
Mais notre terre
En enfance tombée
Sa vieille ardeur se rallume

Et même fusillés
Les hommes s’arrachent la terre
Et même fusillés
Ils tirent la terre à eux
Comme une couverture
Et bientôt les vivants n’auront plus où dormir

Et sous la couverture
Aux grands trous étoilés
Il y a tant de morts
Tenant les arbres par la racine
Le cœur entre les dents

Il y a tant de morts
Crachant la terre par la poitrine
Pour si peu de poussière
Qui nous monte à la gorge
Avec ce vent de feu

N’ enterrez pas l’ancêtre
Tant de fois abattu
Laissez-le renouer la trame de son massacre

Pareille au javelot tremblant
Qui le transperce
Nous ramenons à notre gorge
La longue escorte des assassins.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: TAHAR DJAOUT   Sam 10 Jan 2009, 03:25

RAISON DU CRI
s'il n'y avait ce cri,
en forme de pierre aiguë
et son entêtement à bourgeonner

s'il n'y avait cette colère,
ses élancements génésiques
et son soc constellant,

s'il n'y avait l'outrage,
ses limaces perforantes
et ses insondables dépotoirs,

l'évocation ne serait plus
qu'une canonnade de nostalgies,
qu'une bouffonnerie gluante,

le pays ne serait plus
qu'un souvenir-compost,
qu'un guet-apens
pour le larmier.


























Tahar DJAOUT - Extrait de "Perennes" - 1983




























Soleil Bafoué

(...)

Faut-il avec nos dernières larmes bues
oublier les rêves échafaudés un à un
sur les relais de nos errances
oublier toutes les terres du soleil
où personne n'aurait honte de nommer sa mère
et de chanter sa foi profonde
oublier oh oublier
oublier jusqu'au sourire abyssal de Sénac
Ici où gît le corpoème
foudroyé dans sa marche
vers la vague purificatrice
fermente l'invincible semence
Des appels à l'aurore
grandit dans sa démesure
Sénac tonsure anachronique de prêtre solaire
Le temple
édifié dans la commune passion
du poète
du paria
et de l'homme anuité
réclamant un soleil

Tahar DJAOUT - Extrait de "Bouches d'incendies", édition collective, ENAP, 1983.




(...)

je pense à Feraoun
sourire figé dans la circoncision du soleil
ils ont peur de la vérité
ils ont peur des plumes intègres
ils ont peur des hommes humains
et toi Mouloud tu persistais à parler
de champ de blé pour les fils du pauvre
à parler de pulvériser tous les barbelés
qui lacéraient nos horizons

(...)

un jour enfin Mouloud la bonté triompha
et nous sûmes arborer le trident du soleil
et nous sûmes honorer la mémoire des morts
car
avec
tes mains glaneuses des mystères de l'Aube
et ton visage rêveur de barde invétéré
tu as su exhausser nos vérités
écrites en pans de soleil
sur toutes les poitrines qui s'insurgent


Tahar DJAOUT - Extrait de "L'Arche à vau-l'eau", Ed. Saint-Germain-des-Prés, 1978.




COMME AVANTElle ne viendra pas.
Le sourire, le soleil
Disparaîtront aussi.
Il faudra plier
Mes attentes, mes moignons
Et mon coeur habité
D'un battement sans pareil.
Le soir m'attend
Et le cafard ;
Puis la Route

Toujours très longue.

Tahar DJAOUT - Extrait de "Perennes" - 1983





L'ARBRE BLANC
ma richesse,
c'est la neige,
et sa lumière aurorale.

j'accumule les fruits
d'arbres scellés de blanc
et j'envoie mes oiseaux
ausculter les cimaises.

oiseau,
mon messager
au creux secret des arbres.
oiseau
étoile mobile
qui incendie les neiges.

j'attends
- le ciel descend
sur les dents de la ville

j'attends -
et l'ombre emballe
les maisons engourdies.

quand saignera sur nous
le feu coulant
du jour ?
je tisonne,
dans l'attente,
les cendres
d'un été mort.

Tahar DJAOUT - Extrait de "Perennes" - 1983



POÈME POUR NABIHA
Je rentrerai de voyages
Et te trouverai endormie.
Le raffût des meubles se sera tu,
Les bêtes en douceur se seront éclipsées
Et tous les tambours de la maison
Seront devenus peaux vivantes mais discrètes.

J'arrive toujours dans la suspension juste des pulsations,
Quand la chaux, l'argile et leur blancheur ont tout réoccupé.

J'arrive
Et je vois peu à peu l'émersion :
Toi d'abord qui orchestres couleurs et mouvements,
Redonnes leur tapage aux bestioles,
Diriges des vols périlleux.
Puis les objets,
Fiers de leur prouesses,
Déclenchent l'élan des manèges.

Tu chercheras les chiens acrobates du rêve
Entre les draps étonnés,
Tu secoueras un à un les poudroiements de la lumière
Et la vie se réinstallera.

Tu te réveilles
Et la maison devient un carnaval


Tahar DJAOUT - Extrait de "Perennes" - 1983

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: CULTURE ET IDENTITÉ   Sam 10 Jan 2009, 03:26

TERRE FERMETes odeurs aquatiques
Et la noria me prend.
Il me revient des images de noyade comme lorsque la mer
Libère sa tendresse vorace de mère anthropophage.
Il me revient
Des insistances de sèves ruant dans les barreaux des peaux contraignantes.

J'aimais l'aventure sans issue,
Alors que j'étais déjà riche de tant de cargaisons
Arrimées à la proue de tes seins.
Mes mains arraisonnaient ton corps,
Nouant leur égnimes dévoreuses,
Débusquant l'or des florules.

Je savais, par exemple, que l'aréole sentait l'orange amère.
Je connaissais presque tout : tes marées tenues en laisse,
Ta cadence respiratoire, la résine de tes aisselles, ton odeur de mer lactée, tes ombres qui m'abritent le soir, tes gestes qui adoucissent mes angles.

Ton sexe, je l'appelais paradisier.
Tes odeurs submarines.
Et la noria m'entraîne.
Quand j'émerge tu es là
Pour amarrer le vertige.

Ton corps, c'est la terre ferme.

Tahar DJAOUT - Extrait de "Perennes" - 1983




SAISON TARDIVELe ciel hale son oeil de sang,
Soleil pris à tes genoux.

Te revoilà champs dénoué
Dans la suspension zénithale :
Midi fourbit ses cuirasses,
Le sang palpe l'épiderme.

Je veux retrouver sous la peau
Ces nerfs qui disent une jument folle.
Mais mes doigts n'ont plus ce flair
Qui lève des oiseaux affolés.

Je ne peux que contempler
L'envol des saisons migratrices.
Le temps entasse les amours mortes
Sur les falaises de l'oubli.

Voici que l'été abandonne
Ses errements de bête pleine.
L'appel du soir, irresistible.
De quel sommeil dormir :
Celui de la graine assoupie ?
Celui de la pierre sourde ?

Je regagne ma nudité :
Une pierre lavée par les crues ;
Je réintègre mon mutisme :
Un silence d'enfant apeuré.

Habiterai-je un jour
Cette demeure rêvée :
Ta blessure - ô délices ! -
Où le soleil s'assombrit ?


Tahar DJAOUT - Extrait de "Perennes" - 1983
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CULTURE ET IDENTITÉ   Aujourd'hui à 02:06

Revenir en haut Aller en bas
 
CULTURE ET IDENTITÉ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mes petits monstres en culture
» Fiche de culture Ferocactus glaucescens
» Une chrétienne face à la culture de mort de l'ASE
» Culture des plantes carnivores : généralités
» Carte d'Identité des produits utilisés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum USTHB :: Forum général :: Science et culture générale-
Sauter vers: